Par Siméon Isako

C’est un trafic inacceptable qui s’est invité au rendez-vous en République démocratique du Congo alors que la gestion de la pandémie du coronavirus est sérieusement critiquée par l’opposition politique et plusieurs structures de la société civile.

Cette opération consiste à pousser des familles à faire des déclarations de décès des membres de leur famille pour cause de Covid-19 moyennant une somme d’argent. Ce sujet s’est invité hier vendredi au conseil des ministres présidé par le président Félix Tshisekedi. Ce dernier a donné des instructions pour que des enquêtes soient diligentées en urgence pour faire la lumière sur ce dossier.

Le ministre de la santé qui visiblement semble être déconnecté de cette réalité n’a pas tardé à donner les premières précisions quant à l’évolution des enquêtes. «Concernant les enquêtes par rapport au monnayage des cadavres, je voudrais vous informer que les enquêtes sont déjà diligentées depuis deux semaines. J’attends le rapport demain », a déclaré Eteni Longondo, qui qualifie cette opération d’ « un acte de sabotage ».

Pour rappel, le cumul de cas depuis le début de cette épidémie est de 1370 dont 229 guéris et 60 décès.