Par CAS-INFO

L’ancien président du Nigeria se mobilise sur le terrain de la lutte contre le coronavirus en Afrique. Dans un message conjoint avec l’ancien premier ministre d’Éthiopie, Hailemariam Desalegn Boshe, rendu public jeudi à Rome, et transmis à CAS-INFO, les deux personnalités exhortent le continent à prioriser le secteur agricole.

«L’Afrique a jusqu’à présent échappé aux conséquences sanitaires les plus graves de la pandémie de COVID-19. Le continent risque toutefois d’être la partie du monde la plus touchée par les retombées économiques de la crise: si rien n’est fait, 80 millions d’Africains pourraient basculer dans l’extrême pauvreté. », alertent-ils.

Pour les deux anciens dirigeants, les perturbations que subissent les systèmes alimentaires font craindre que la faim ne gagne encore du terrain. C’est le cas des populations rurales qui travaillent en majorité dans de petites exploitations agricoles et qui sont particulièrement exposés aux effets de la crise.

«Il est donc essentiel que la réponse de la communauté internationale au COVID-19 comprenne un volet relatif à la sécurité alimentaire et cible les populations pauvres des zones rurales.», recommandent-ils.

Pour l’instant, la réponse au coronavirus donne la priorité aux domaines de la santé, de l’économie et des infrastructures. « Mais il faut aussi mettre l’accent sur la sécurité alimentaire, l’agroalimentaire et le développement rural qui sont des enjeux et domaines primordiaux pour le continent africain. ».

En Afrique, l’agriculture représente 65% de l’emploi et 75% du commerce intérieur. « Or la pandémie de COVID-19 menace ce secteur et donc le rôle essentiel qu’il joue en matière de développement et dans la lutte contre la faim et la pauvreté. », préviennent les deux anciens chefs d’États.