Par CAS-INFO

Vital Kamerhe est apparu lundi serein devant le tribunal de grande instance de Kinshasa Gombe. Moins offensif cette fois-ci, mais le directeur de cabinet du Chef de l’État, s’est voulu très sérieux en brandissant à plusieurs reprises des documents aux juges et à la caméra.

«Mon nom n’apparaît nulle part », a lancé le leader de l’UNC au moment de s’expliquer au sujet des contrats signés par le gouvernement congolais avec différentes entreprises notamment Samibo, dans le cadre du programme d’urgence de 100 jours.

Interpellé sur le fait qu’il répond en tant que superviseur des travaux, Vital Kamerhe a réitéré sa position soutenue lors de la première audience du 8 mai. «Il s’agit d’une supervision collective», a-t-il répété avant d’insister que son rôle ne s’inscrivait que dans le cadre de ses fonctions auprès du Chef de l’État. «Un directeur de cabinet agit sur instruction du Chef de l’État. Le chef de l’État me donne les instruction et je les répercute. ».

À la question de savoir pourquoi le gouvernement a versé un paiement de 57 millions USD à Samibo avant la signature d’un avenant. Réponse de Vital Kamerhe : « vous posez la question à la mauvaise personne. C’est le ministre du budget, le ministre des finances et le gouverneur de la Banque centrale du Congo. C’est eux qui doivent répondre à cette question ».

Les trois personnalités précitées ainsi que l’ensemble de témoins cités à comparaître reviendront justement le 3 juin pour s’expliquer.