Par CAS-INFO

Le président de l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ), salue la mise en détention provisoire de Vital Kamerhe.

Selon Georges Kapiamba, l’arrestation du directeur de cabinet du chef de l’État est un « aboutissement d’une longue lutte menée par des congolais pour la fin de l’impunité des hauts responsables. »

Dans une interview accordée à CAS-INFO, le patron de ACAJ félicite la justice pour la qualité du travail abattu.

« Cette arrestation est une leçon pour ceux qui se croyaient intouchables », explique-t-il, tout en saluant l' »engagement patriotique des magistrats et leur attachement aux idéaux de la République. »

À l’en croire, le leader de l’UNC doit démissionner de ses fonctions de directeur de cabinet du chef de l’État étant donné qu’il se « trouve dans une situation inconfortable ».

« Il devra présenter sa démission au Président de la république, car même si on lui accordait une liberté provisoire, il ne peut plus reprendre son poste », ajoute M. Kapiamba. Mais en cas de résistance, le militant pro démocratie « suggère » à Félix Tshisekedi de « limoger » son allié.

Poursuivi dans une affaire de détournement de fonds publics destinés aux travaux des 100 jours, Vital Kamerhe a été entendu ce mercredi pendant près de 6 heures avant d’être placé sous mandat d’arrêt provisoire. À Makala, l’allié principal du président congolais rejoint d’autres chefs d’entreprises incarcérés dans ce dossier.