Par CAS-INFO

Qu’est-ce-qui ne va pas au sein de la coalition au pouvoir Cap pour le Changement (CACH)?

Depuis un temps, des militants se réclamant membres de l’Udps s’en prennent violemment à Vital Kamerhe, directeur de cabinet et principal allié de Félix Tshisekedi.
Certains qui l’accusent d’être impliqué dans le détournement présumé de fonds alloués aux travaux des 100 jours vont jusqu’à réclamer sa mise à l’écart.

À l’UNC, le porte-parole du parti de Vital Kamerhe estime que des alliés devraient faire preuve de retenue et respect mutuel.

« Que des insultes soient proférées contre l’honorable Vital Kamerhe, président de l’UNC, cela est totalement inacceptable surtout si ça doit venir des militants d’un parti politique allié », déplore Gabin Lulendo.

Après un temps de silence, l’UNC hausse le ton et menace de répliquer en cas de récidive.

« Nous disons qu’on ne peut continuer à insulter ou vilipender notre président national, mais en même temps, on se dit que ce n’est pas parce que jusque-là, nous avons gardé silence que nous n’avons pas les moyens de réagir. Mais si cela continue, ça veut dire que l’UNC réservera une réponse appropriée », ajoute Gabin Lulendo. Selon lui, « ça commence à faire de trop. »

La rupture, pas à l’ordre du jour

Alors que certains militants appellent à la rupture de l’alliance formée en novembre 2018 à Nairobi entre Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe, le camp du leader de l’UNC dit n’avoir pas encore été officiellement saisi.
« À ce jour, nous n’avons pas encore été saisi d’une telle demande », explique Gabin Lulendo, promettant une « réponse appropriée » de son parti au cas où l’Udps réclamerait le divorce.