Par CAS-INFO

C’était attendu et c’est désormais officiel. Le Conseil de sécurité des Nations-Unies proroge d’un an le mandat de la Monusco. La prorogation a été adoptée à l’unanimité par les 15 membres du Conseil, jeudi, selon un communiqué rendu public en fin de journée.

Cette décision intervient à quelques jours de l’expiration du mandat actuel de la mission onusienne en RDC le 20 décembre 2019. Elle est à présent autorisée à maintenir un effectif de maximum de 14.000 militaires, 660 observateurs militaires et officiers d’état-major, 591 policiers et 1.050 membres d’unités de police constituées, détaille la note.

Le Conseil de sécurité, a également approuvé le déploiement, à titre temporaire, de 360 membres supplémentaires d’unités de police constituées, « à condition qu’ils soient déployés en remplacement du personnel militaire », a proposé le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, dans son rapport.

Vers la réduction des effectifs militaires

Par ailleurs, le Conseil a invité le Secrétariat des Nations Unies à envisager de réduire encore les effectifs militaires et la zone d’opérations de la MONUSCO, « compte tenu de l’évolution positive de la situation sur le terrain », en particulier dans les régions où les groupes armés ne posent plus de réelle menace.

« Les priorités stratégiques du mandat renouvelé de la MONUSCO sont d’assurer la protection des civils qui ‘’doit être la priorité lorsqu’il s’agit de décider de l’usage des capacités et ressources disponibles » et appuyer la stabilisation et le renforcement des institutions de l’Etat en RDC ainsi que les principales réformes de la gouvernance et de la sécurité’’, ajoute le communiqué. Alors que la Monusco s’est vue recommandée de collaborer avec le Bureau de l’Envoyé spécial de l’ONU pour la région des Grands Lacs, Huang Xia, afin de « rechercher des solutions politiques pour mettre fin aux flux transfrontaliers de combattants armés, d’armes et de minerais provenant de zones de conflit, qui menacent la paix et la stabilité en RDC. ».