Par CAS-INFO

Pas de départ immédiat comme souhaité par certains congolais, exaspérés par l’insécurité dans l’Est.

La mission onusienne qui a reçu du conseil de sécurité ce jeudi, un nouveau bail restera encore en RDC, pendant les 12 prochains mois.

Pour ce nouveau mandat, la Monusco qui disposera de près de 17.000 hommes dont 14.000 militaires a reçu mission d’assurer la protection des civils qui « doit être la priorité lorsqu’il s’agit de décider de l’usage des capacités et ressources disponibles ».

Parmi les priorités stratégiques de ce nouveau mandat, figure aussi l’appui que la mission onusienne devra apporter à la RDC dans le processus de « stabilisation et renforcement des institutions de l’État ».

Selon un communiqué du conseil de sécurité parvenu à CAS-INFO, la Monusco s’est aussi vue recommandée de collaborer avec le Bureau de l’Envoyé spécial de l’ONU pour la région des Grands Lacs, Huang Xia, afin de « rechercher des solutions politiques pour mettre fin aux flux transfrontaliers de combattants armés, d’armes et de minerais provenant de zones de conflit, qui menacent la paix et la stabilité en RDC ».

Présente en RDC depuis 20 ans, cette mission, la plus importante dans l’histoire de l’ONU est souvent critiquée pour sa « passivité ». Les trois dernières semaines, des habitants de Beni, Butembo et Goma ont violement manifesté pour appeler à son départ immédiat à la suite de la recrudescence de l’insécurité à Beni où près de 250 personnes ont été tuées par des présumés ADF dans l’espace de 6 semaines.