Par Siméon Isako

Contrairement à ce qui a été publié dans certains médias locaux, le ministre des droits humains, André Lité affime n’avoir jamais donné sa position au sujet de la levée des sanctions européennes qui pesaient sur deux des 14 proches de Joseph Kabila, ciblés par ces restrictions individuelles.

Alors qu’un tweet attribué à M. Lite demandait au nom du gouvernement au conseil de ces sanctions jugées illégales, le concerné dénonce un faux compte créé par des inconnus non autrement identifiés.

« Je n’ai pas de compte twitter. Ce sont des arnaqueurs qui ont crée le faux compte et m’ont attribué ce message », a confié à CAS-INFO, le ministre des droits humains.

Par ailleurs, André Lite promet de tout faire pour identifier ceux qui usurpent son identité afin qu’ils répondent de leurs actes devant leurs juges naturels.