Par Siméon Isako

La situation sécuritaire est toujours volatile à Lodja dans la province du Sankuru. Alors que de nouvelles violences avaient éclaté la semaine dernière  entre communautés locales, le gouverneur de province avait accusé Lambert Mende, notable et candidat malheureux au gouvernorat d’être à l’origine de cette crise. Mais pour Thierry Monsenepwo, président de a ligue des jeunes de la CCU, le parti de Lambert Mende, ces allégations du gouverneur Mukumadi est un faux-fuyant.

« On ne peut pas scier l’arbre sur lequel on s’assoit. Nous la CCU notre base naturelle est le Sankuru, c’est ne pas pour rien que l’honorable Lambert Mende a été parmi les meilleurs élus pour ne pas dire le premier des élus à la députation nationale. Pensez-vous vraiment que vous avez votre base naturelle où vous êtes bien élu et puis il va vous venir l’idée de pouvoir bruler cette base, exécuter les gens, pour qu’en 2023 vous alliez vous présentez où ? » s’est interrogé Monsenepwo.

Selon lui, l’actuel gouverneur du Sankuru n’a même pas un programme pour diriger cette province. « Comprenez donc que, n’ayant pas des programmes à exécuter, ayant une difficulté pour répondre aux besoins des Sankurois et sankuroises, c’est pourquoi il (Joseph Mukumadi) cherche à qui attribuer des problèmes », a réagi Thierry Monsenepwo.

Et d’ajouter « Il a une difficulté de donner aux jeunes tous ce qu’il avait promis pendant la campagne d’où il faut chercher des bouc-émissaire. Après ça sera un autre et ainsi de suite la province ne va pas décoller et sera derrière les autres ». Alors que son mentor a été battu lors de ces scrutins plusieurs reportés, Thierry Monsenpwo affirme que Lambert Mende n’a jamais perdu cette joute électorale car ayant eu pour adversaire,  un étranger (Français).

Pour rappel, au moins 200 maisons ont été incendiées samedi 19 octobre dernier à Lombudi, un village du secteur de Konda, à quelques 80 kilomètres de Lodja.