Par Siméon Isako

 » J’en prends acte. Comme vous le savez, les cours et tribunaux sont indépendants vis-à-vis de toutes les institutions de la République. De ce fait, nous sommes satisfaits que le pouvoir judiciaire ait fait son travail en toute indépendance », a réagi André Lite, ministre des droits humains au lendemain du verdict de la haute cour militaire dans l’affaire Doly Makambo.

Après cette sentence,  l’État congolais devrait actuellement se pencher sur la question des réparations des préjudices causés, ajoute le Ministre Lite.

 » Ce que nous voulons est que l’État congolais s’acquitte des réparations à allouer à la partie civile, sinon aux proches de la victime parce que,  le condamné est un préposé de l’État congolais ».

A cette occasion, André  Lite a invité tous les juges congolais à mieux faire leur travail dans le souci de consolider l’État  de droit voulu par tous.

Pour rappel, la haute cour militaire a condamné la semaine dernière, le ministre provincial de l’intérieur de la ville de Kinshasa à 10 ans de prison. Dolly Makambo a été reconnu coupable pour incitation aux policiers commis à sa sécurité à commettre des faits contraires à leurs devoirs. Ce verdict fait suite au procès en flagrance ouvert après le meurtre du médecin gestionnaire de l’hôpital Vijana par un des gardes rapprochés du ministre Makambo. Toujours en cavale, le policier auteur de cet acte a été condamné à la prison à perpétuité.