Par CAS-INFO

La tension était montée d’un cran ce vendredi 11 octobre dans la matinée au siège de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDSP). Des militants révoltés après le crash d’un antonov de l’armée qui transportait une délégation de la présidence sont descendus dans la rue pour réclamer la vérité sur cet accident.

Les manifestants avaient réussi à barricader toute la matinée,  le boulevard Lumumba, entre la 10 e et la 12 e rue, avant d’être dispersés  par les forces de l’ordre. Certains s’en sont pris au siège de la ligue des jeunes du PPRD, qu’ils ont saccagés. Les militants appelaient à la « dissolution » de la coalition FCC-CASH, accusant le clan de Joseph Kabila d’avoir orchestré cet acte de « sabotage ».

Face aux débordements et troubles provoqués par cette manifestation spontanée, Jean Marc Kabund,  président ad intérim du parti et son secrétaire général ont réussi à calmer les esprits. Ils ont demandé aux militants de rester calme en attendant la les enquêtes sur les vraies raisons de cet accident.

Selon les dernières informations, les débris de cet antonov 72 qui a quitté Goma vers 13h en partance pour la capitale ont été retrouvés à Punia, dans la province du Maniema, dans l’est de la RDC.

L’appareil qui avait huit personnes à bord dont le chauffeur du chef de l’État, transportait également la Toyota Blindée officielle de Félix Tshisekedi.