Par Jean Pierre K

Bien que radié définitivement du FCC, Modeste Bahati qui n’a pas souhaité basculer dans l’opposition tient à la participation de son regroupement AFDC-A au gouvernement Ilunkamba.
Dans une correspondance adressée au nouveau premier ministre, le leader de l’AFDC-A demande à Sylvestre Ilunga de bien vouloir tenir compte de son poids politique lors de la formation de son équipe gouvernementale.

« Nous vous prions de bien vouloir dégager le quota revenant au regroupement AFDC-A et qui proportionnellement est composé de quatre ministères dont un vice- premier ministre et un ministre d’État auxquels s’ajoute le poste de vice-ministre », écrit Modeste Bahati.

Selon lui, ce « quota est à déduire du quota global du FCC », car explique-t-il, la répartition initiale avait tenu compte du poids politique de l’AFDC-A avant son autonomie au sein de la majorité parlementaire « .

Pour avoir été membre de l’équipe de négociateurs du FCC, M.Bahati s’estime en droit de réclamer ce quota.

Par ailleurs, l’ancien ministre du plan rappelle qu’il est le seul à pouvoir engager l’AFDC-A.
« Les frondeurs qui ne peuvent pas engager le regroupement ne proviennent que de trois partis sur les 31 qui constituent la conférence des présidents « .

Le regroupement AFDC-A traverse une forte zone de turbulences. Après l’exclusion du FCC de son leader Modeste Bahati pour s’être porté candidat à la présidence du sénat, ce dernier a également perdu la confiance de certains sociétaires du mouvement qui l’ont désavoué. Actuellement, deux ailes se disputent le contrôle de ce regroupement, ancienne deuxième force politique au sein du FCC.