Par Badibanga Poivre D’Arvor

A l’approche de l’élection du bureau définitif du sénat, des langues se délient pour en appeler à plus de prudence. C’est le cas de la Dynamique des forces politiques et sociales en province qui a pris la parole jeudi pour interpeller les sénateurs. Très critiques contre Alexis Thambwe Mwamba, aligné par le FCC , ils redoutent la victoire d’un candidat, selon eux, assez peu digne.

Selon Remy Kasindi du mouvement citoyen AMKA Kongo (Réveilles-toi Congo), la plate-forme politique et électorale de joseph Kabila s’habitue à designer aux hautes fonctions du pays des hommes sur lesquels des sanctions internationales pèsent. Dans le cas, d’espèce, ils citent le sénateur Alexis Thambwe Mwamba qui brigue la présidence du sénat.

La chambre haute du parlement, avec l’assemblée nationale, est une deuxième institution du pays, après la présidence de la république. De ce fait, le FCC se doit d’être respectueux des aspirations du peuple congolais à vivre dans un Etat de droit, rappelle-il.

« Cette institution politique devra être dirigée autrement par une personnalité réputée d’une bonne et irréprochable moralité, jouissant d’une crédibilité avérée à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, compte tenu du rôle qu’il devra jouer sur terrain, donc de la diplomatie parlementaire au regard des décisions qu’il devra prendre pour la Nation », déclare M. Kasindi.

De son coté, Amos Bisimwa, de l’observatoire d’actions parlementaires et gouvernementales, OBAPG, insiste sur les « tares » de la personnalité de l’ancien ministre dont il a tenu à rappeler un passé peu glorieux.

« Les congolais se souviennent du rôle de premier rang joué par l’ex ministre de la justice dans la revendication de l’attentat contre un avion civil de la compagnie Ligne Aérienne Congolaise, LAC en 1998. », a-t-il mentionné. Un acte pour lequel les victimes attendent encore justice, plaide M. Bisimwa.

« Alexis Thambwe Mwamba s’est toujours illustré dans les actes de répression des opposants, défenseurs des droits de la personne humaine, acteurs de la société civile et militants des mouvements citoyens dans le but de bloquer, à travers ses décisions, l’essor de la démocratie, l’avènement de l’Etat de droit et l’alternance politique en RDC », martèle pour sa part Espérance Hendwa Ciza du parti cher à Pierre Lumbi.

Pour barrer la route à l’ex ministre de la Justice, la Dynamique des forces sociopolitiques appelle le chef de l’État d’imposer son veto. Soutenu par Joseph Kabila, Alexis Thambwe Mwamba est le grand favori du scrutin. Il sera opposé Bahati Lukwebo, candidat frondeur qui vient de quitter la plateforme de l’ancien président de la république.