Par Jean Pierre K

Le parti Envol du député Delly Sessanga appelle de ses voeux à la révision de la constitution de la RDC, votée à l’issue du référendum de 2005. Au terme des assises de son bureau politique, Envol suggère notamment le rétablissement du deuxième tour de la présidentielle, supprimé avant les élections de 2011.
La formation politique de l’opposant Sessanga, proche de Moïse Katumbi propose aussi que les sénateurs soient élus au « suffrage direct dans une circonscription uninominale à un tour à l’échelle des territoires et villes et chefs-lieu de province ».

Les participants aux travaux de Kinshasa recommandent aussi que le conseil Supérieur de la magistrature soit élargi au gouvernement et à la société civile.

Concernant le nombre et la durée des mandats du président de la République, l’envol de Sessanga se veut intransigeant.

« C’est un acquis qu’il faut préserver et au besoin, si cet acquis arrivait à être menacé, il faut se mobiliser à nouveau contre tout retour en arrière », affirme l’élu de Luiza (Kasaï-Central).

Notez que l’article 220 de la constitution en vigueur limite à deux et pour une durée de cinq ans, les mandats du président de la République. Selon la loi fondamentale, cet article est verrouillé qui définit également la forme de l’État ne peut faire l’objet d’aucune révision.