Par Jean Pierre K

Après une forte campagne de riposte, le Nord-Kivu tend à vaincre l’épidémie à virus Ebola qui a ravagé depuis plus d’une année, les régions de Beni et Butembo, déjà en proie à une insécurité cyclique.

« C’est une situation qui s’est nettement améliorée par rapport à la période du mois d’avril et du mois de mai où suite aux violences, les activités de la riposte avaient connu un net recul. Aujourd’hui, Butembo et Katwa ne sont plus des points  chauds », a rassuré samedi à Goma, le ministre de la santé au cours d’un entretien avec le nouveau gouverneur Carly Nzanzu Kasivita.

Victoire d’étapes, car bien qu’en voie d’être complètement éradiquée à Butembo, la menace plane toujours sur la ville de Beni.   « Des points chauds sont plutôt du côté de Mabalako et de Beni à cause du déplacement de la population. Mais, nous avions intensifié des efforts et certainement que la situation dans les prochaines semaines sera maîtrisée également dans ces points chauds.»

Une année après le déclenchement de ce virus hémorragique , au moins 1.600 personnes ont trouvé la mort selon les statistiques actualisées du ministre de la santé publique. Moins de 700 malades ont été guéris sur le total de 2.295 cas confirmés.

« Je crois qu’il ne faut pas douter de l’efficacité des stratégies qui sont mises en place du fait que nous allons arriver à mettre fin à cette épidémie », a promis le ministre de la santé qui a hâte de conjuguer l’épidémie au passé.

« il est important de déjà penser à l’après Ebola. Vous savez, c’est une province qui était meurtrie par de nombreux défis depuis de nombreuses années, vous savez qu’Ebola a énormément affecté la population », a-t-il indiqué.