Par CAS-INFO

Le corps d’Étienne Tshisekedi est arrivé jeudi soir à Kinshasa. Après plus de deux ans d’attente, l’ancien leader de l’UDPS et père de l’actuel Chef de l’État va enfin reposer dans la terre de ses ancêtres. C’est Félix Tshisekedi en personne qui l’a d’ailleurs accueilli dès sa sortie d’avion. Moment de forte émotion, lorsqu’accompagné de son l’épouse, le Président congolais s’avance puis pose ses mains sur le cercueil. Le silence est pesant. L’image restera gravée dans l’histoire de la RDC.

Des images d’émotions comme il y aura légion durant tout ce weekend. Alors que le pays va offrir à l’ancien Premier ministre trois jours d’hommage national.

Dès ce jeudi, ils étaient déjà des milliers à braver la nuit pour espérer voir celui qu’une partie des Congolais considère comme le père de la démocratique. « C’est une personnalité exceptionnelle qui a mené une vie politique avec conviction et constance. Cet engouement qui demeure intacte deux après sa mort exprime sa communication profonde avec son peuple », a déclaré Mon Seigneur Gérard Mulumba, frère d’Étienne Tshisekedi et chef de la Maison civile à la présidence de la République.

Des prêtres, donc, présents à l’aéroport international de Nd’jili. L’ancien Archevêque de Kinshasa, Mgr Laurent Monsengwo, son successeur Mgr Fridolin Ambongo. Mais aussi des politiques de tous bords ou encore des stars. Tous, étaient là. Objectif, ne rater pour rien au monde ce grand moment de l’histoire de notre pays, a expliqué l’ancien basketteur Mutombo Dikemebe. L’ancienne vedette de la NBA assure même  avoir bouleversé tous ses programmes pour honorer la mémoire de l’ancien opposant historique. »Je devais déjà rentrer mais quand j;ai appris que son corps arrivait, j’ai tout annulé », a-t-il déclaré.

Héros national… 

Un opposant, qui aura sacrifié toute sa vie au profit du bien-être de tous. Pour cela, Franck Diongo, digne héritier du Sphinx de Limete, comme il se réclame, a lui, plaidé, pour que le titre de héros national lui soit décerné sans aucune polémique. « Il nous a enseigné à démystifier les dictateurs. C’était le Mandela congolais. L’élever au rang de héros national, c’est le minimum qu’on puisse lui reconnaitre », a lancé le fondateur du Mouvement Lumumbiste progressiste (MLP) qui en sait sans doute beaucoup plus lui aussi en matière de défiance contre le régime en place en RDC. Lui qui venait de séjourner en prison pour outrage au chef de l’État sous Joseph Kabila.

Gouverneur du Kasaï Oriental, province d’origine et un des fiefs de l’illustre disparu, Jean Maweja, en a remis une couche en assurant quant à lui être venu à Kinshasa s’incliner devant la mémoire de l’homme le plus populaire de la planète, selon lui. De la RDC. Sans aucun doute. Comme les Congolais en font encore la démonstration en se mobilisant massivement pour les adieux dignes de la considération qu’ils ont eu toutes ces années du leader maximo, l’autre surnom de l’ancien opposant historique de la RDC.