Par Yvon Muya

C’est l’une des séquences marquantes de la cérémonie d’hommages à Étienne Tshisekedi vendredi à Kinshasa. Ce moment où le Président Rwandais Paul Kagamé a reçu l’ovation des milliers de Kinois présents au stade des Martyrs. Une image inimaginable il y a quelques années. Alors que les blessures des relations tumultueuses entre le Rwanda et la RDC ne sont pas encore complètement refermées.

Pourtant, quelque chose et non de moindre, s’est bien produit ce jour dans ce mythique temple du football congolais. Quelque chose qui pourrait inaugurer le début d’une ère nouvelle dans les relations entre les deux pays dont la guerre a fait perdre deux précieuses décennies et provoqué des souffrances atroces parmi la population. Il faut dire que les signaux allant dans le sens d’amélioration des rapports entre Kigali et Kinshasa se sont multipliés ces derniers mois. En particulier depuis l’avènement au pouvoir du nouveau président congolais Félix Tshisekedi. En plein deuil de son illustre père, le fils et héritier politique d’Étienne Tshisekedi, a profité de cette occasion pour faire de la diplomatie de bon voisinage. En réunissant son homologue Rwandais mais aussi l’Angolais João Lourenço également présent dans la capitale congolaise.

Une tripartite au cours de laquelle les trois chefs d’État ont essentiellement parlé de la sécurité.  Notamment de l’éradication des groupes armés, ce phénomène qui sème la terreur dans l’est de la RDC depuis des années et pour lequel le Rwanda, accusé d’entretenir des milices et de piller les richesses sur le territoire congolais est souvent pointé du doigts. En s’impliquant personnellement sur un tel sujet qui tient à cœur la grande majorité des Congolais, Paul Kagamé entend redorer son image auprès d’une population qui lui est resté hostile depuis plus de 20 ans. Depuis la fameuse guerre d’agression dont le pays des milles collines a, là encore, été, le principal acteur.

Avec aujourd’hui une croissance économique évaluée 7,5 % et les nouvelles technologies en pleine expansion, le Rwanda est une économie florissante en Afrique. Et Paul Kagamé qui sait très bien que le business ne fait pas bon ménage avec l’insécurité est conscient de l’importance de la stabilité  dans la région. Celle-ci passe par une sécurisation mutuelle entre les États dans le respect du droit international. Ainsi, lorsque Paul Kagamé s’engage dans cette voix de la sagesse en pleins hommages à Étienne Tshisekedi, les Congolais ne peuvent que lui tirer leur chapeau. Reste à savoir si cette courtoisie de deuil suffira pour faire pardonner un homme qui reste quand même toujours détesté par une grande partie des Congolais.