Par CAS-INFO

Et revoilà Joseph Kabila. Trois semaines seulement après son départ du Palais de la Nation, l’ancien président congolais a refait surface dimanche. Il est allé rendre visite à son successeur Félix Tshisekedi à la résidence de ce dernier située sur la colline de Ngaliema, à Cité de l’Union africaine. Rien n’a filtré de cet échange de plusieurs heures qui a à coup sûr porté sur la formation d’un nouveau gouvernement. Mais les deux hommes se sont arrangés pour en mettre aux Congolais plein les yeux.

Tenue militaire décontractée et une vielle Mercédès des années 60 pour Joseph Kabila contre un simple boubou gris pour Félix Tshisekedi qui est venu en personne chercher son hôte à la sortie de sa voiture. L’image est sobre. Alors que les deux hommes enchaînaient d’interminables accolades. Dans un pays qui avait tant soif d’alternance, le message que les deux présidents ont voulu passer est parfaitement bien transmis.

Alliance FCC-CACH en marche

Mais une fois, l’opération de communication terminée, des questions se posent. Pourquoi une telle rencontre seulement maintenant ? Pour Jean Pierre Kambila, ancien directeur de cabinet adjoint de l’ex Chef de l’État, la question ne se pose pas lorsque deux leaders de deux coalitions, le FCC et CACH, décident de discuter. « Deux grandes personnalités se rencontrent dans le cadre normal de la culture de la paix qu’ils veulent instaurer dans ce pays. […]. Ce sont les dirigeants du FCC et du CACH, et à l’heure où je vous parle, je peux vous dire, les discussions sont très très avancées », a déclaré à Top Congo M. Kambila.

Trois semaines après sa prestation de serment comme 5e président de la république, Félix Tshisekedi fonctionne en effet toujours avec l’ancienne équipe au pouvoir. À savoir, le gouvernement, les ministres clés ou encore les services de renseignements qui étaient quand même tous dévoués à l’ancien président. Cela ne semblent pas vraiment poser problème au nouveau président et son parti l’UDPS. Bien au contraire. « Lorsque vous regardez le PPRD, le parti de Joseph Kabila, qui est un parti socialiste comme l’UDPS, nous avons une meme idéologie. La différence résidait dans la pratique », a même osé récemment le conseiller juridique de Félix Tshisekedi Peter Kazadi interrogé par la version Afrique de Deutsche welle.

Un mariage à risque ? 

Autant dire que ces deux-là sont bien décidés à marcher ensemble et rien ne semble pouvoir arrêter la matérialisation d’une alliance inédite qui se prépare entre les ennemis d’hier devenus les plus grands de l’histoire politique de la RDC.

Attention, toutefois, cette lune de miel pourrait comporter quelques risques. Si Félix Tshisekedi ne prend garde. Comme vient de le démontrer l’incident du discours devant le corps diplomatique vendredi. Le nouveau président congolais a-t-il cherché à demander à l’Union européenne de lever les sanctions imposées à des proches de Joseph Kabila dont certains sont accusés d’avoir commis d’abus graves des droits de l’homme ? A-t-il été piégé par le clan Kabila qui chapeaute toujours la diplomatie congolaise ? Autant des questions qui se posent à la fois sur le réel pouvoir de Félix Tshisekedi et ses priorités. Alors que le nouvel homme du pays s’apprête à convoler en justes noces avec celui-là meme qui lui a laissé son fauteuil il y a à peine trois semaines.