Par CAS-INFO

C’est l’un des grands enjeux de l’élection présidentielle le 30 décembre prochain : l’économie.

L’un des plus gros producteurs du cuivre et détenteur de la moitié des réserves mondiales du cobalt, la RDC est au coeur de toutes attractions. Et à la veille des élections, ces demandes sont de plus en plus pressantes. Comme l’anonce le candidat de la coalition LAMUKA ce dimache.

« Elon Musk ( PDG de Tesla Motors), Tim Cook (Apple), Xavier Niel ( 42, le Tim Cook français), Jack Ma (Alibaba) et tous les grands dirigeants mondiaux du high tech, sont ouverts à travailler en RDC », a fait savoir Martin Fayulu sur Twitter.

Lui même ancien pétrolier au sein d’une multinationale ExxonMobil, le fondateur de l’Ecide se dit prêt à faire profiter la RDC de ces investissements.

« Mon pays s’apprête à avoir un leadership responsable à sa tête. J’aurai à coeur d’explorer les possibilités d’avoir les investissements de vos compagnies respectives dans les raffineries locales du cobalt »,  lance le candidat.

Par ce partenariat, que Martin Fayulu souhaite le plus transparent possible grâce à l’instauration d’un système de traçabilité, l’opposant espère voir enfin les ressources minières congolaises ne plus être un facteur des conflits mais profiter au peuple congolais.

À noter qu’en termes d’investissements étrangers, Fayulu et Félix Tshisekedi, le candidat de l’UDPS, prônent tous deux la règle « win-win », gagnant gagnant, susceptible de faire gagner tout le monde, les multinationales et l’État congolais.

À la base des conflits dans l’est du pays, les minerais congolais ont été au coeur de la campagne présidentielle. Les candidats ont multiplié les propositions pour y faire face. L’une d’entre elles consiste à introduire la RDC dans l’économie régionale. Objectif, réorienter les échanges avec les états voisins vers le commerce et la coopération économique. Histoire d’atténuer la convoitise étrangère du sous-sol congolais.