Par CAS-INFO

Y aura-il enfin un débat télévisé entre les candidats à la présidentielle en RDC. Après le rendez-vous manqué de 2006, l’idée refait surface. Elle est soulevée par Martin Fayulu, à quelques jours du scrutin prévu le dimanche 23 décembre prochain.

« Je propose un débat retransmis en direct à la télévision et radio nationale plus les médias privés entre les candidats à la présidentielle. Ce sera l’occasion de démontrer que sur le terrain des idées et leur mise en application notre coalition apporte des propositions concrètes », a lancé le candidat de LAMUKA sur twitter.

Tous les regards sont désormais tournés vers Félix Tshisekedi et Emmanuel Ramazani Shadary, deux des trois principaux candidats. Vont-ils joué le jeu ? Rien n’est moins sûr. D’abord parce que dans la dernière ligne droite, les candidats arpentent les derniers villes et villages non encore explorés. Mais aussi parce que la plupart de leurs partisans, se sont montrés hostiles à un tel « match », sur les réseaux sociaux.

Le débat télévisé entre les prétendants à la magistrature suprême en RDC est constitutionnel, pourtant il a toujours eu du mal à être organisé. La dernière tentative a avorté en 2006, lors des toutes premières élections démocratiques, alors qu’il devait opposer le Chef de l’État Joseph Kabila et son rival Jean Pierre Bemba, tous deux qualifiés pour le second tour. Le face-à-face tant attendu finira par être annulé. Si la Haute autorité des médias constata un échec à convaincre les deux parties à se confronter dans un duel d’idées, un homme, du côté présidentiel, joua une partition dans ce rendez-vous manqué, un certain…Vital Kamerhe.

Il n’y aura pas de débat, expliquait celui qui occupait alors les fonctions de directeur de campagne de Joseph Kabila, car quelques indices présagent un débat qui va amener le Chef de l’État à se défendre, argumentai-il. «Donc nous ne sommes pas prêts à aller offrir cette occasion à Jean-Pierre Bemba. Ce dernier est même capable de bondir de son fauteuil vers Joseph Kabila ! Jean-Pierre Bemba n’a rien à perdre, alors que Joseph Kabila a beaucoup à préserver. ». 12 ans plus tard, Vital Kamerhe est directeur de campagne d’un autre candidat auquel une invitation à débattre est dressée.