Par CAS-INFO

Félix Tshisekedi a poursuivi jeudi sa tournée dans l’Est du pays. Accompagné de Vital Kamerhe, les deux hommes ont mis le cap sur Bukavu. Le fief du président de l’UNC a bien répondu présent en se mobilisant massivement.

Ensuite, c’est au stade de Funu, plein comme un œuf que les deux leaders de la coalition Cap vers le Changement se sont adressés à la population.

Alors que Vital Kamerhe, premier à prendre la parole en Swahili, annonçait la fin proche du régime de Joseph Kabila et son lot de malheur, a insisté l’ancien président de l’Assemblée nationale, Félix Tshisekedi, dont l’épouse est ressortissante du Kivu, s’est présenté en « Semeki », beau-frère, en swahili.

« Je m’exprimerai en Français car je perfectionne encore mon Swahili », a d’abord lancé le patron de l’Udps en guise d’excuse. Le temps d’évoquer sa relation émotionnelle avec le Sud Kivu. « Mais je suis à l’aise car mon épouse vient d’ici. C’est votre sœur, qui fait mon bonheur ». De quoi conquérir la foule qui a aussitôt répondu par une valse de « Semeki ! », « Semeki ! ». Pendant que madame Tshisekedi prenait la parole dans la langue locale pour appeler les siens à voter pour le candidat numéro 20 le 23 décembre prochain.

Le décor planté, le « beau-frère » peut désormais dérouler ses promesses pour le pays et la belle famille. « Le combat que nous menons est un combat pour la liberté. Il est temps de mettre fin à la souffrance », a exposé le candidat de ‘’Cach’’ avant d’assurer qu’une fois élu, un Premier ministre sera nommé et « il s’appellera Vital Kamerhe ». Ce n’est pas tout. Félix, Président, le Sud Kivu, aujourd’hui contrôlé par le PPRD, sera dirigé par un Gouverneur et un vice-gouverneur issus de l’UNC. Des cadeaux et du charme donc pour la belle famille.