Par CAS-INFO

Adolph Muzito ne pourrait pas défendre son programme de redressement de l’économie de la RDC. Du moins si on s’en tient à la décision de la CENI qui l’écarte de la liste provisoire des candidats comme 5 autres prétendants à la magistrature suprême dont les dossiers sont jugés non conformes à la loi.

Pour justifier l’éviction du dossier de candidature de l’ancien Premier ministre, la CENI évoque un conflit d’intérêt avec son ancien parti le PALU. « La candidature d’Adolph Muzito est irrecevable car même s’il a présenté la lettre de prise d’acte de sa suspension [du PALU], la CENI considère qu’il y a conflit d’intérêts avec le Palu qui conteste sa candidature auprès des autres regroupements politiques. », souligne la décision de la CENI.

Suspendu du Palu pour une durée indéterminée, pour « indiscipline et trahison, notamment pour son « entêtement » à ne pas suivre l’alignement du parti à l’idéologie de la Majorité présidentielle, son allié, l’ancien Secrétaire permanent adjoint du Palu avait décidé de faire cavalier seul en se portant candidat sous les couleurs de sa petite plateforme, le « Nouvel Élan ».

Malgré son passage dans le Gouvernement comme ministre du Budget puis comme Premier ministre dans la suite du Patriarche Antoine Gizenga, Adolph Muzito, a commencé pendant de longs mois à prendre ses distances avec ses anciens partenaires s’en prenant dans une série de tribunes à la mauvaise gestion du pays par le régime de Joseph Kabila. Son éviction sonne comme une punition orchestrée par ses anciens camarades.