Par CAS-INFO

Le Rassemblement sera-t-il le grand absent des élections générales du 23 décembre 2018 ? C’est en tout cas les craintes que fait peser la plateforme dirigée par Félix Tshisekedi. Dans un communiqué publié le mercredi et dont la tonalité ne laisse planer aucun doute, le groupement politique assure qu’il ne cautionnera pas une « parodie d’élection ».

« En dépit de nombreux écueils délibérément montés par le pouvoir de Monsieur Kabila contre le processus électoral en cours notamment l’adoption d’une loi inique introduisant le seuil de représentativité et la consécration du vote censitaire, l’imposition de la machine à voter ainsi que la constitution d’un fichier électoral renfermant près de 10 millions d’électeurs fictifs, le Rassemblement se félicite d’avoir démontré sa bonne foi et sa volonté inébranlable de participer aux élections de cette année, en déposant les candidatures de ses membres à la députation provinciale », rappellent les leaders du Rassemblement dans ce communiqué.

Mais tout en appelant le peule à la mobilisation, la coalition de l’opposition prévient ne pas être prêt à aller à ces élections dans les conditions actuelles. Ses cinq exigences n’ont pas changé : l’extirpation du fichier électoral de 10 millions des fictifs, la mise à l’écart de la machine à voter, la mise en œuvre des mesures de décrispation politique, le remplacement du délégué de l’UDPS à la CENI et, enfin, le Président Kabila à qui les signataires du communiqué rappellent qu’il ne doit pas « tenter au mépris de la constitution et de l’accord de la Saint Sylvestre, de présenter sa candidature pour un 3e mandat ».

« Au regard de la gravité de la situation actuelle, entretenue par les initiatives provocatrices, […], il est évident que le Rassemblement n’accompagnera pas le pouvoir en place dans son dessein de créer le chaos dans notre pays au travers d’une parodie d’élection », conclut le communiqué.