Par CAS-INFO

La 3e journée de mobilisation contre le pouvoir, organisée par le comité laïc de coordination, le dimanche 25 février 2018, s’est terminée comme les deux précédentes : avec des victimes, des blessés et des arrestations.

Selon le CLC, qui revendique plus de 3 millions de manifestants dans les rues de Kinshasa et à travers le pays, 3 personnes ont été tuées. Deux, à Kinshasa, et une victime, à Mbandaka, expose le communiqué de l’association affiliée à l’église catholique. Elle déplore par ailleurs plusieurs blessés, des arrestations ou encore la brutalité des forces de police et des Bérets rouges (les jeunes du PPRD) à Kinshasa ainsi que celle de Leja Makanda, que le CLC qualifie de milice du gouverneur du Kasai Oriental.

Cependant, le CLC a tenu à saluer le comportement « exemplaire » d’un bon nombre de policiers à l’égard de manifestants.

Dans un second communiqué, les laïcs cathodiques ont affiché leur détermination à poursuivre la mobilisation.

« Nous avons marché aujourd’hui pour dire non à la dictature, obstacle majeur aux élections libres, transparents, démocratiques et apaisées, organisées dans les meilleures conditions d’égalité et d’équité »

« Enfin, nous marché pour crier notre détermination à poursuivre jusqu’au bout ce combat de reconquête de notre dignité. Sans désemparer, nous continuerons à affronter pour arracher le meilleur pour l’avenir de nos enfants.