Par Tony-Antoine

Ce 20 février à Bruxelles dans la matinée, Moïse Katumbi a tenté obtenir un nouveau passeport à l’Ambassade de la RDC, sauf qu’il ne pouvait être enregistré. Et l’ambassade, elle, a donné son motif : « demande spéciale, il faut d’abord que Kinshasa donne son accord… » Rapporte La Libre Afrique.

L’ancien gouverneur de l’ex province du Katanga s’était présenté à l’ambassade congolaise pour l’obtention d’un passeport biométrique, celui qu’utilisent actuellement les congolais. Mais les employés de l’Ambassade ne pouvaient l’enregistrer, qualifiant son cas de « spécial », donc son dossier doit être étudié par Kinshasa.

En 2016, quelques mois après qu’il soit devenu opposant au président Kabila, Moïse Katumbi, ancien membre du parti au pouvoir, le PPRD, est allé en exile en Europe, accusé de spoliation de l’immeuble de monsieur Stoupis, un sujet grec. Depuis, cette affaire judiciaire a pris une tournure politique. Katumbi est à ces jours considéré, par l’Accord de la Saint Sylvestre, comme exilé politique.