Par CAS-INFO

Dans un communiqué publié ce mercredi 28 février, l’Association africaine de défense des droits de l’homme ( ASADHO ) dit être « préoccupée » par ce qu’elle qualifie de « milice » au sein des jeunes du PPRD. Elle a par la même occasion condamné l’envahissement de la cathédrale Notre-Dame du Congo samedi dernier par les jeunes en bérets rouges sous l’œil des forces de l’ordre.

« L’Association africaine de défense des droits de l’homme ( ASADHO ), est vivement préoccupée par la présence et l’organisation d’une milice au sein des jeunes du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la démocratie ( PPRD ). Ces jeunes se sont comportés en une force paramilitaire semant la confusion et l’insécurité à l’enceinte de cette paroisse. Sans apparemment avoir informé les autorités urbaines de leur manifestation, ces jeunes du PPRD ont été tolérés si pas encouragés par les forces de la Police et de sécurité », affirme le communiqué.

ASADHO dit par ailleurs craindre « l’émergence des groupes paramilitaires au sein des partis politiques ». Pour cela, elle recommande au Chef de l’État de « garantir la sécurité et la paix sur toute l’étendue de la RDC en éradiquant toute velléité d’émergence des milices au sein de tout parti de tout bord et de garantir les libertés publiques constitutionnellement reconnues ».

Au Procureur Général de la république, l’ONG de défense de droits de l’homme, demande d’ouvrir des poursuites judiciaires contre les dirigeants des jeunes du PPRD qui se sont introduits dans la paroisse  Notre Dame de Lingwala ».

Par la voix de la ministre des Droits humains, Marie-Ange Mushobekwa, le gouvernement avait déjà condamné l’envahissement de la Cathédrale Notre Dame du Congo par les Bérets rouges.