Par Grevisse Tekilazaya 

L’affaire continue à défrayer la chronique. En RDC, un ministre est interdit de voyager, alors qu’il détenait une lettre portant la signature du premier ministre. Une vraie gifle peut-on considérer adresser à l’égard de ce membre du gouvernement Tshibala, si ce n’est aussi,  à lui même implicitement.

Indigné au plus haut point suite à ce désagrément qui s’est passé au su et  au vu de tous à l’aéroport de N’djili, dans une lettre datée du 17 janvier adressée au premier ministre, la désormais victime, Franck Mwe di Malila, ministre du tourisme, exprime sa plus profonde inquiétude « quelle est la validité d’un ordre de mission portant votre signature? « , s’est-il interrogé.  

« Il s’agit de nouvelles mesures administratives auxquelles sont soumises tous les membres du gouvernement », avait répliqué Lambert Mende, ministre de la communication, ainsi, pour couper court à la rumeur selon laquelle un conflit existerait entre  le président de la République et le premier ministre.