Par CAS-INFO

Des fidèles catholiques ont bel et bien perdu la vie perdu la vie lors de la répression de la marche de l’Églises hostiles au Pouvoir le 31 décembre. C’est ce qu’indique un rapport technique de la Nonciature apostolique consulté ce jeudi par CAS-INFO. Une information qui vient contredire la communication du Gouvernement qui a fait état mercredi d’aucune perte en vies humaines causées par les forces de l’ordre.

Selon le document de la représentation du Vatican à Kinshasa, trois paroisses ont pourtant déploré des victimes. C’est le cas notamment de Saint Dominique où un fidèle « est décédé par impact des balles ». Tandis que les paroisses Sainte famille et Saint Alphonse déplore chacune la mort de deux de leurs membres, note ce rapport technique.

Sur le plan matériel, c’est un véritable plan d’étouffement que les forces de sécurité avait mis en place pour faire échec à la marche. Si l’on en croit à la Nonciature apostolique. D’après elle, 143 paroisses ont été encerclés par les hommes en uniformes, 18, ont et envahis et 10 temples avec enclos ont été perturbés par le lancement des gaz lacrymogènes [par la police]. Selon ce rapport, 5 paroisses seulement ont pu célébrer la messe de manière interrompue par les éléments de la sécurité. Alors que 6 prêtres un séminariste ont été arrêtés

Organisée par le Comité laïc de coordination, la marche des chrétiens catholiques, soutenue par l’opposition avait pour l’objectif d’exiger l’application « intégrale » de l’accord de la Saint Sylvestre. La répression violente qui s’est suivi a provoqué la colère de l’archevêque de Kinshasa. Dans une déclaration virulente, le cardinal Monsengwo a dénoncé la « barbarie nos soi-disant hommes en uniformes » et appelé les « médiocres à dégager ».