Par Grevisse Tekilazaya 

Les drapeaux sont déjà  en berne à Kinshasa. C’est en mémoire des victimes de la pluie diluvienne qui s’est abattue dans la nuit du 3 au 4 janvier . Les deux jours de deuil national décrété par le gouvernement  ont cependant tendance à se muer à deux  jours « fériés ».

Ce matin 8 janvier,  la fluidité  de la circulation observée  dans les grandes artères de la capitale congolaise donne de quoi s’interroger. Les embouteillages monstrueux n’ont pas été signalés ci et là. Très tôt ce lundi, les activités ont également tourné au ralenti au grand marché de Kinshasa. Quelques écoles ont tardé de reprendre les activités.  C’est le constat fait par les reporters de CAS-INFO.

« Le gouvernement n’a pas très bien communiqué » s’inquiète une dame dans un bus qui n’a pas voulu envoyer ces enfants à l’école.  » Nous avons d’ailleurs repousser notre rendez-vous d’aujourd’hui croyant que c’est une journée fériée », a t-elle rajouté.

D’après le gouvernement, les deux jours de deuil national n’auront aucune « incidence » sur les activités. ¨Par ailleurs, le gouvernement a promis de poursuivre à partir de 10 heures l’aide humanitaire aux familles endeuillées ainsi que celles ayant  perdu les biens de valeurs par ce drame.