Par Grevisse Tekilazaya et Tony-Antoine 

Après une semaine marquée par de vives tensions en RDC suite à la marche du 31 décembre initiée par les laïcs catholiques et « réprimée » par les forces de l’ordre, le gouvernement souhaite traduire les organisateurs de ladite marche devant la justice.  Telle est l’option levée au cours du conseil des ministres tenu vendredi 5 janvier à Kinshasa.

Des mesures contraignantes contre les organisateurs de cette marche seraient  sans nul doute  » pour  limiter les cycles de violences en 2018 et les empêcher à récidiver « , indique le communiqué final rendu par Félix Kabange Numbi, ministre de l’aménagement du territoire, au sortir de la réunion.

De son coté, l’église catholique a condamné fermement le comportement des forces de l’ordre qui, d’après la nonce apostolique, ont perturbé le bon déroulement des messes dans plusieurs paroisses le dimanche 31 décembre.

La situation politique en RDC s’enlise depuis la fin du mandat du président Kabila. Après le flop des appels à manifester de l’opposition pour le 19 décembre, dix jours après, les marches du 31 décembre 2017 appelées par les laïcs catholiques ont su mobiliser. De quoi troubler la quiétude du gouvernement.