Par Tony-Antoine 

Le ministre congolais de la communication, Lambert Mende, a tenu son énième point de presse mercredi 3 janvier à Kinshasa. Il a donné largement la version du gouvernement sur les manifestations du 31 décembre 2017, organisées par le Comité Laïc de Coordination et soutenues par l’Opposition.  Le porte parole du gouvernement évoque cinq morts « qui n’ont aucun lien de causalité avec les marches anarchiques projetées par le Comité Laïc de Coordination ».

Répondant à l’archevêque de Kinshasa qui s’était exprimé 24 heures plus tôt, qualifiant au passage les dirigeants  congolais de « médiocres », Lambert Mende dit regretter « que le cardinal soit descendu dans les caniveaux ». Et que c’est « injuste » de sa part de ne pas reconnaître dans sa dernière allocution, » le professionnalisme de nos forces de l’ordre qui n’ont causé aucune perte en vies humaines parmi la poignée de fidèles qui ont essayé de manifester violemment », a-t-il maugréé.

Et d’ajouter qu’un « fantomatique comité laïc catholique sans domicile fixe, s’est invité sur la scène politique, pour faire la récupération d’une mobilisation lancée par des extrémistes de l’opposition qui promettaient à qui voulait les entendre l’apocalypse au 31 décembre 2017 ».