Par Grevisse Tekilazaya 

C’est rare. Très rare pour être signalé. Un pasteur de l’Église protestante du Congo qui s’en prend ouvertement à la mauvaise gestion du pays. Ce n’était plus arrivé depuis les longues années de l’évêché mariniste. Révolution ce mardi 16 janvier 2018 à la Cathédrale du centenaire où comme toutes les commémorations de l’assassinat de Laurent Désiré Kabila, l’ECC dédie un culte à l’ancien président. Une occasion pour le pasteur François-David Ekofo, de s’illustrer. Inédit.

L’officiant du jour a consacré l’essentiel de sa prédication sur la situation désastreuse de la RDC, « un pays à qui Dieu a tout donné mais aux populations pauvres », a exposé le Pasteur en ironisant que le Créateur lui même « ne comprend pas comment nous sommes pauvres ».

Une langue de l’ECC, qui se délie, dans une cathédrale du centenaire remplie des caciques du Pouvoir, notamment de la famille présidentielle qui s’est retrouvée ces derniers mois au cœur des scandales financiers…sur les richesses du pays.

Souvent ovationnée, la prêche de ce 16 janvier 2018 a été accueillie par un silence pesant. Inédit, lui aussi. Le temps pour le Pasteur Ekofo d’administrer une dernière salve. « Nous devons léguer à nos enfants un État qui existe réellement car j’ai l’impression que l’État congolais n’existe pas réellement ». Après l’église catholique, un nouveau front anti Kabila s’est-il ouvert à l’ECC ?