Par Tony-Antoine 

La loi électorale promulguée dimanche 24 décembre par le président de la RDC continue de susciter de vives réactions. Dans une note parvenue à Cas-info ce mercredi 27 décembre, le Parti national pour la nouvelle énergie du Congo (PNEC), un parti centriste, considère le maintien du seuil d’éligibilité pour les législatives au niveau national comme une « mesure discriminatoire ».

« Considérant l’imposition du seuil d’éligibilité au niveau national, l’actuelle loi électorale est non seulement liberticide et antidémocratique mais aussi discriminatoire. Les nouvelles dispositions que contient cette nouvelle loi sont contraires aux articles 11, 12, et 13 de notre constitution qui  interdisent toute mesure discriminatoire », explique Grady Mubamba, cadre du PNEC.

Quant au PPRD, principal parti de la MP,  il s’agit simplement d’assainir le système électoral. « Avoir un seuil qui va amener un certain assainissement du système électoral, c’est une très bonne chose dans notre climat politique actuel », se réjouit Didi Manara, député national et cadre du PPRD.

L’actuelle loi électorale a été déposée au parlement le 14 novembre. Promulguée avec dix jours de retard, cette loi prévoit une caution de 1000 dollars et un seuil d’éligibilité de 1% au niveau national pour les élections législatives.