Par Dieumerci Matondo

C’est une autre version de faits. L’Udps apporte la preuve à l’appuie. A la toile, les images montrant la torture qu’a subit le secrétaire de ce principal parti de l’Opposition lors de la marche du 30 novembre ne cessent de déferler la chronique. L’explication est simple: la police est responsable, selon le porte-parole de l’Udps.

Une position qui a été catégoriquement rejetée par la police.  «Vous pensez que quelqu’un qui a été torturé peut encore accepté de monter dans une jeep de la police ? Pour moi je ne pense pas cette affirmation soit vraie», a indiqué le porte-parole de la police.

Du coté de l’Opposition tout comme des activistes des droits de l’homme, les appels sont lancés pour une lumière soit faite sur les « bavures » commandités par Les forces de l’ordre pour cette journée.  Dans l’entre temps, l’Udps trouve des faux fuyants sur les explications fournies par la Police.