Par Grevisse Tekilazaya 

Ce dimanche 17 décembre, quelques jeunes »délinquants » ont fait irruption à la cathédrale notre dame du Congo. A peine entrer dans l’enclos de la parcelle en compagnie des sifflets et d’autres matériels sonores, ce groupe de jeunes a été interpellé par les forces de l’ordre.  Un parmi ces jeunes a été arrêté et avoue d’être envoyé par un ministre du gouvernement en place, renseigne la CENCO.

« Des jeunes sont recrutés par un membre du gouvernement.  ils sont envoyés à la cathédrale notre dame du Congo pour perturber la célébration eucharistique. l’un d’entre eux est arrêté. Il a avoué d’être envoyé par un membre du gouvernement. il nous a donné le nom de celui qui les a recruté. Les enquetes sont en cours » a expliqué Monsieur l’abbé Jean-Mari Bomengola, chargé de la communication de la CENCO.

D’ailleurs, ce mouvement a bouleversé quelques activités prévues après la première messe, a renseigné un fidèle de cette paroisse contacté par Cas-info.

Cet événement intervient alors que l’église catholique venait d’initier une opération qui consiste à manifester par des sifflets tous les jeudis à partir 21 heures en vue de réclamer le respect de l’accord de la Saint Sylvestre. Un geste vivement salué par l’Opposition.Par ailleurs,  la majorité présidentielle s’est montrée très critique à propos de cette démarche.

Par le biais de son porte parole, André Alain Atundu, la MP a suggéré aux prélats catholiques d’initier également une démarche pour plaider en faveur des personnalités congolaises ciblées par des sanctions de l’union européenne.

Depuis que l’accord du 31 décembre est foulé aux pieds par le pouvoir de Kabila, les relations ne sont plus au beau fixe entre l’église catholique et le régime de Kinshasa.