Par Grevisse Tekilazaya 

Les protestations contre le régime de Kinshasa s’étendent à travers toute la RDC.  Ce matin 5 décembre, la ville de Boma s’est vue paralysée de toutes les activités. La situation demeure précaire. Les forces de l’ordre sont déployées à travers les principales artères de la ville. Le Rassemblement se positionne au devant de la scène politique.

« Ce qui se passe dans la ville de Boma n’est qu’une suite de la ville morte lancée le 30 novembre par le Rassemblement. Pour nous  le 31 décembre, c’est la fin du mandat du Monsieur Kabila. Je félicite la population de Boma pour leur maturité », rassure Adrien Poba, député national élu de Boma.

Considérée comme l’un de principal siège de l’Opposition, la ville de Boma est placée sous le contrôle des forces de l’ordre. Par ailleurs, la population monte au créneau pour dénoncer le non respect de l’accord en voulant le « départ » du président Kabila . Les tracts ont été jetés la veille de ce mardi afin d’appeler la population à observer une journée ville morte, affirme ce cadre du Rassemblement.