Par KKM

La RDC était au menu  des discussions du débat annuel du Conseil de sécurité de l’ONU sur le sort des enfants en temps de conflits armés, le 31 octobre à New York. Dans un rapport lu par Antonio Guterres, le secrétaire Général de l’ONU note une hausse du taux des violences sexuelles contre les enfants en République Démocratique du Congo (RDC), au Nigéria et au Soudan du Sud. L’Afghanistan est le pays où l’ONU a dénombré le plus grand nombre d’enfants victimes en 2016.

« En 2016, des milliers d’enfants ont été libérés par des forces armées et groupes armés, pourtant seulement la moitié d’entre eux ont été réintégrés avec succès au sein de leurs familles et communautés », a poursuivi le chef de l’ONU

« Ce que nous avons infligé aux enfants dans les zones de guerre ces dernières années est une honte », a pour sa part déclaré Virginia Gamba, représentante spéciale du Secrétaire général pour le sort des enfants en temps de conflit armé, avant de citer ceux relevés par le rapport en ce qui concerne le Nigéria, les Philippines, la Colombie et même la RDC.

Malgré ce tableau des plus sombres, le Secrétaire général a tenu à insister sur les progrès accomplis, évoquant les mesures protectrices mises en place par les forces de sécurité de cinq États et quatre groupes armés en 2016.