Par Grevisse Tekilazaya

Après une vague de réactions suscitées par la publication du calendrier électoral au plan national, c’est maintenant à la France d’y placer un mot. Elle s’appuie par conséquent aux clauses assorties de l’accord de la Saint Sylvestre.

Lors d’un point de presse tenu lundi 6 novembre, le ministre français des affaires étrangères rappelle que pour  la France l’importance est que « le processus électoral soit  conduit dans le respect de l’esprit de consensus qui avait prévalu lors  de la signature de l’accord politique du 31 décembre 2016 ».

Pour cela, la France estime qu’il y a des contraintes qui s’imposent pour la tenue des élections crédibles en RDC. C’est  notamment en rapport avec la « décrispation » du climat politique actuel. 

Ce point de presse est aussi un appel que la France lance à l’intention des acteurs impliqués afin d’accompagner les élections  en RDC.