Par KKM

C’est clair, l’Opposition reste camper sur sa position : les élections en décembre 2017 soit une transition sans Kabila, ce malgré la publication du calendrier électoral publié dimanche 5 novembre fixant les élections en 2018. Une année de plus au président de la République Joseph Kabila que l’Opposition ne cautionne pas.

« Le calendrier de La Ceni est un non événement pour nous. Nous demandons au Peuple de se préparer à appliquer l’article 64. Kabila doit partir. », a déclaré Martin Fayulu, président de l’Ecidé et Coordonnateur des Forces Acquises au Changement (FAC)

Lequel article dans son premier alinéa stipule : Tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la présente Constitution.

Un article à double tranchant qui est également exploité par le camp présidentiel. Cette fois, dans son alinéa 2 qui indique que : Toute tentative de renversement du régime constitutionnel constitue une infraction imprescriptible contre la nation et l’Etat. Elle est punie conformément à la loi.

Sur terrain, le climat reste encore très tendu. La police a dispersée un groupe de jeunes qui tentaient de vandaliser certains magasins des expatriés  au grand marché, ce lundi 6 novembre, suite à la publication du calendrier électoral. Lequel renvoie les élections en décembre 2018.