Par CAS-INFO

Serait-ce la bombe que s’apprête à lâcher la Commission électorale nationale indépendante. D’après des sources anonymes de la CENI, qui se sont confiées à l’agence de presse britannique Reuters, la Centrale électorale pourrait annoncer dans les prochains jours que le vote pour la présidentielle « ne pourrait pas avoir lieu avant la fin de l’année 2018 », révèle Reuters dans son exclusivité du jour.

« Il y a une grande méfiance entre les acteurs, en particulier les acteurs politiques », aurait justifié l’un de ces responsables de la CENI pour soutenir ce possible long report. Une autre source plaidant tout simplement les problèmes habituels de financement et de logistique.

Si elle était confirmée, cette information pourrait exacerber encore un peu plus la tension dans le pays. Alors que l’opposition demande à cor et à cri les élections au plus tard le 31 décembre 2017. Sinon, une « courte transition sans Joseph Kabila ».

Mais le bras de fer entre les deux camps est loin d’être terminé. Au cours de son récent discours à la tribune de l’ONU, le chef de l’État a affirmé que le cap des élections était fixé sans réellement convaincre. Tandis que la communauté internationale insiste sur la nécessité d’un respect « total » de l’accord de la Saint Sylvestre.

Pour la CENI, elle reste silencieuse sur la publication du tant attendu calendrier. Ces révélations vont-elles la pousser à se dévoiler ?