Par CAS-INFO

Désormais, c’est le chef de l’État de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso qui pilote la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), son homologue angolais lui a passé le témoin. C’était  au cours du  7ème  sommet ordinaire de cette organisation qui s’est tenu jeudi 19 octobre à Brazzaville.

Aussitôt désigné président de la CIRGL, le nouveau président s’est appesanti sur la crise politique qui frappe de plein fouet la République démocratique Congo. Pour  Denis Sassou Nguesso, les acteurs politiques doivent s’accorder pour la fixation d’un calendrier électoral.

«  On attend fin discussion en cours entre toutes les parties prenantes sur la fixation du calendrier électoral en RDC. », a-t-il indiqué

A l’issue de cette rencontre d’États, les participants à ces assises ont dans un communiqué appelé : «  à la mise en œuvre rapide de l’accord politique Global et inclusif signé le 31 décembre 2016 à Kinshasa, République Démocratique du Congo. », rapporte le communiqué

Dans ce sommet auquel ont pris part six chefs d’État, la situation sécuritaire dans les parties Est de la RDC a été largement évoqué. Les chefs d’États se sont dits « préoccupés » par la situation d’instabilité en RDC.

Cependant, ils ont pris plusieurs décisions notamment celle : « d’encourager le gouvernement de la RDC, agissant avec l’appui des pays de la région et de la Monusco, à poursuivre vigoureusement la neutralisation des forces négatives et d’intensifier les opérations contre ces groupes armés en particulier les ADF, les FDLR et  autres Kamwina Nsapu, tous des groupes armés qui terrorisent et continuent de déstabiliser la RDC », a déclaré Jean-Claude Gakosso, ministre congolais des Affaires étrangères.