Par CAS-INFO

Avant de rencontrer le chef de l’État, Nikki Haley a échangé avec les leaders de l’Opposition. Et elle est au courant de leur position.

Félix Tshisekedi pour l’Udps, Pierre Lumbi du Rassemblement, l’UNC Vital Kamerhe et Ève Bazaïba pour le compte du MLC, ont remis vendredi un mémorandum à l’envoyée de la Maison Blanche, dans lequel « ils ont réaffirmé leur appel au départ de Joseph Kabila » et une transition sans le chef de l’État en cas d’absence d’élections au 31 décembre 2017, a confié à CAS-INFO un cadre de l’UNC sans plus de détails.

De son côté, l’ambassadrice Haley qui a rencontré les responsables de la CENI dans la mi-journée, appelle à des élections en 2018, seule condition, insiste-elle, pour bénéficier du soutien des États-Unis et de la communauté internationale.

Dans les rangs de l’Opposition, on reste prudent et moins bavards sur le document remis à la diplomate americaine. D’autant que le doute commence à gagner certains leaders. Claudel Lubaya, par exemple, évoque « illusion » consistant à compter sur les États-Unis. « Prenons-nous en charge, imposons le changement », lance le chef de file de l’UDAO.