Par Dony Mukoko

Au cours de la séance de travail entre le bureau de l’Assemblée nationale et les présidents des commissions, le calendrier de la session ordinaire de septembre a été adopté. Au total 14 matières sont inscrites à l’ordre du jour de cette dernière session de 2017. Parmi elles, le projet de loi des finances 2018 et la proposition de loi organique portant organisation et fonctionnement du CNSA. Ces nouvelles matières s’ajoutent à 37 autres arriérées de la session de mars.

Invité à cette rencontre, le président de la CENI, Corneille Nangaa, a procédé à la présentation du kit du vote semi-électronique. Cette démonstration de la centrale électorale n’a pas plu aux membres de l’opposition présents dans la salle. Ces derniers ont claqué la porte.

Pour la secrétaire générale du MLC, Eve Bazaiba, ce mode de scrutin n’est pas autorisé par la loi électorale. « Nous avons suspendu notre participation à la conférence des présidents parce qu’il y a un point inscrit à l’ordre du jour qui nous a mis très mal à l’aise en tant qu’opposition. Il s’agit de la présentation par la CENI du kit du vote semi-électronique. Notre motivation est que c’est une matière qui n’est pas autorisée par la loi électorale. En deuxième lieu, c’est une matière hautement politique qui nécessite, avant d’entamer les questions techniques, qu’il y ait en avance une option levée en amont par les acteurs principaux des élections, notamment les partis politiques », a déclaré Eve Bazaiba.