Quelques militants de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) ont été interpellés par la police nationale congolaise le soir de jeudi 7 septembre 2017. Le passage à tabac d’un policier de roulage par les « Parlementaires debout » serait la cause de ces interpellations, d’après le colonel Pierrot Mwanamputu, porte-parole de la PNC.

«Un policier de roulage avait interpellé un conducteur fautif au niveau de l’échangeur. Il lui a par la suite demandé de conduire son véhicule jusqu’au commissariat de la 12e rue, à Limete. Celui-ci a dépassé la 10e rue avec l’agent qualifié à bord du véhicule pour se retrouver au niveau de la 10e rue. Il a été livré aux combattants qui lui ont roué des coups. Une fois la police informée,les renforts sont arrivés et nous avons récupéré le meneur, les autres combattants, les motocyclistes et leurs motos pour être verbalisés».

Contacté par cas-info, le porte-parole et chargé de communication de l’UDPS, Augustin Kabuya, a indiqué que les militants de son parti ont été interpellés injustement. « Les parlementaires debout n’ont attaqué aucun agent de l’ordre. Cette histoire a été montée de toute pièce par le colonel Pierrot Mwanamputu à qui nous demandons d’être loin de la politique et de s’occuper de la sécurité de tous les congolais en toute impartialité ».

Augustin Kabuya a, cependant, demandé la libération immédiate de tous les militants interpellés. Car d’après lui, il s’agit d’un enlèvement et non d’une interpellation.