Par Dony Mukoko

La conférence sur la paix et la réconciliation dans l’espace Kasaï s’ouvre ce lundi, à Kananga, au Kasaï central. Cette rencontre de trois jours à laquelle participent des notabilités et les gouverneurs des cinq provinces de l’espace Kasaï (Kasaï oriental, Kasaï, Kasaï central, Lomami et Sankuru) s’inscrit dans l’objectif de permettre aux habitants de se parler et d’établir les responsabilités dans les affrontements très meurtriers qui ont eu lieu ces derniers mois, entre l’armée congolaise et la milice Kamuina Nsapu.

L’opposition a décliné l’invitation et exige une enquête avant tout. L’ancien gouverneur de l’ex-province du Kasaï occidental, Claudel Lubaya, qualifie la rencontre de « mini congrès » du PPRD. Du côté du gouvernement les portes sont ouvertes pour tout le monde.  Pour le Vice-premier ministre en charge de l’intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary, qui est arrivé dimanche soir à Kananga, il faut un cadre pour se dire des vérités de tout ce qui s’est passé. « Il faut une conférence où les gens doivent se parler, les gens doivent se regarder dans les yeux, pour qu’on se dise la vérité, pour qu’on dise plus jamais ce qui s’est passé dans l’espace kasaïen… », a-t-il déclaré.

Cette réunion a été annoncée par le président de la République Joseph Kabila lors de son passage dans la région. Le Kasaï a plongé depuis un an dans une insécurité sanglante suite aux affrontements entre les éléments de feu chef coutumier Kamuina Nsapu et les forces armées congolaises. L’Eglise catholique avance un bilan de plus de 3 mille morts et plus d’un million de déplacés.