Les 5 activistes de droits de l’homme arrêté lundi à Lubumbashi présenté ce samedi devant le juge. Malgré les appels incessant des ONG et des puissances étrangères pour obtenir leur libération, Timothée Mbuya et ses collègues cueillis lors de la marche »pacifique  » des mouvements citoyens organisée en début de semaine sont toujours maintenu au cachot.

Ces acteurs de la société civile sont poursuivi pour « tentative à la rébellion et trouble à l’ordre public » par la justice congolaise.  Une décision dénoncée par l’ONG Association congolaise pour l’accès à la justice ( Acaj).  Cette structure de droits de l’homme n’hésite pas de déplorer un recule de la liberté et de l’État de droit en République démocratique du Congo.

L’audience qui s’est ouvert vendredi devra se poursuivre ce samedi  dans la capitale du cuivre. Timothée Mbuya de l’ONG Justicia a été intercepté le lundi dernier à Lubumbashi aux côtés d’autres militants lors de la manifestation organisée un peu partout dans les grandes villes de la Rdc par la société civile en vue d’exiger la publication d’un calendrier électoral censé définir les grandes ligne  du cycles électoral en cours jusqu’à la tenue des scrutins prévue fin décembre prochain conformément à l’Accord conclus entre le pouvoir et l’opposition le 31 décembre dernier à Kinshasa.