D’un côté la Commission électorale nationale indépendante qui salue une réunion fructueuse, de l’autre, le Rassemblement qui doute. À l’issue de la rencontre mercredi entre le bureau de la CENI et une délégation de la principale coalition de l’opposition, les lignes restent loin d’avoir bougé.

Pour Jean Bertrand Ewanga, le 3e dialogue étant catégoriquement écarté par l’opposition, « toutes les élections doivent être organisées dans les délais consignés dans l’accord de la Saint Sylvestre », a martelé le président du Front citoyen pour la République. Problème, les caisses de la CENI sonnent creux.

La Centrale électorale a fait part aux opposants de ses difficultés financières. Elle aurait besoin de 500 millions de dollars pour finaliser le processus électoral. Laissant surgir un cailloux supplémentaire sous une chaussure déjà bien bourrée. « Est-ce que vous voyez Monsieur Kabila et ses hommes donner cet argent pour qu’ils partent rapidement ? », s’est interrogé, sceptique, l’opposant. Pour lui, il faut maintenir la pression sur le Pouvoir. Les 8 et 9 Août prochains, l’appel à la ville morte reste maintenu.