Par Patrick-Félix Abely 

La directrice de la division de la coopération technique et des opérations de terrain pour le Haut-commissariat des nations unies aux droit de l’homme vient de boucler sa mission en République démocratique du Congo. Au cours d’une conférence de presse vendredi à Goma, Georgette Gagnon s’est montrée inquiète de la la situation politique dans le pays.

Situation aggravée par l’absence des élections et l’incertitude croissante au tour du calendrier électoral, a-t-elle indiqué.

Mme Gagnon a profité de sa tribune pour interpeller les autorités sur le respect des droits de l’homme en tablant sur les rapports faisant état des tentatives de faire taire les voix dissidentes.

Selon elle, la Republique démocratique du Congo traverse une crise politique, économique, humanitaire et des droits de l’homme. Elle appelle, pour ce faire, le gouvernement à mettre en place des mesures visant à mettre un terme à l’usage excessif et disproportionné de la force par la police et l’armée, et à veiller a ce que les auteurs des violations de droits de l’homme soient sanctionnés.

Selon un rapport du Bureau conjoint des Droits de l’Homme, 225 membres d’organisation de la société civile 31 travailleurs de médias ; dont 15 défenseurs de droits de l’homme ont été arrêtés pour avoir participé dans manifestations publiques.