Le dernier rapport du groupe d’experts des Nations-unies sur la RDC n’a pas fini de faire réagir. Si, on a beaucoup parler de l’exploitation illicite de l’or par un général de l’armée congolaise, les enquêteurs de l’ONU ont également pointer du doigt la problématique de l’absence du système de traçabilité de ce produit précieux.

« Par conséquent, les minerais d’or d’extraction artisanale provenant de zones touchées par le conflit peuvent encore être exportés en contrebande vers les marchés internationaux et générer des flux financiers illicites », note le rapport.

Par ailleurs, les experts de l’ONU déplorent que les certificats de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs font l’objet d’une utilisation frauduleuse visant à exporter de l’or à Doubaï̈, principal acquéreur de l’or d’extraction artisanale en République démocratique du Congo, Kampala demeurant la principale plaque tournante de la contrebande, peut-on lire dans ce document.