Quelques jours après la publication d’un nouveau rapport sur le meutre de deux experts de l’ONU, Michael Sharp et Zaida Catalan, l’ONG Human Rights Watch accentue la pression sur le Conseil de sécurité.

« Le Conseil de sécurité et le Secrétaire général doivent assumer leur responsabilité d’établir la vérité sur la mort de deux experts », a déclaré, ce jeudi, la directrice Afrique centrale de l’organisation.

Pour Ida Sawyer, les conclusions du comité d’enquête n’étant pas concluantes, il incombe désormais au secrétaire général de l’ONU d’agir. « Puisque les forces de sécurité congolaise ont peut-être été responsables de ces assassinats », a-t-elle insisté en invitant les Nations unies à ne pas « se fier » au Gouvernement congolais pour trouver les coupables.

Face à ce constat, Human Rights Watch appelle l’ONU à mettre en place une commission spéciale d’enquête. Celle-ci devrait recevoir l’entière coopération de Monusco et du groupe d’experts.

Une proposition qui va à l’encontre de la position du Gouvernement congolais réaffirmé jeudi à New York par Léonard She Okitundu. Le ministre des affaires étrangères a rejeté toute idée de remplacer la justice congolaise.